MAISON RURALE À PAESANA

Travaux de restauration
Propriétaire : Enrico Crespo
Projet et direction des travaux : Enrico Crespo – architecte conseil Enrica Paseri
Entrerprise: La Valle dell’Eco et Enrico Crespo

LA STRUCTURE
Il s’agit d’une maison rurale à restaurer de fond en comble, achetée par Enrico, membre de l’entreprise La Valle dell’Eco. Enrico a voulu mettre dans cette maison tout son amour pour le travail de restauration, les techniques et les matériaux anciens et modernes mais « naturels » qui sont désormais la marque de fabrique de notre société.

LES TRAVAUX
Tout d’abord le toit a été refait en récupérant les « lauses » du vieux toit. Le plancher en mélèze brossé et décapé a été posé sous une isolation en liège protégé par une gaine en goretex (ces matériaux permettent une transpiration naturelle et l’évacuation de la vapeur intérieure). L’enduit semi-lisse blanc de la façade a été remplacé par un enduit à base d’un mortier composé de sable d’un grain semblable à l’original et chaux naturelle faiblement hydraulique (NHL 2) légèrement coloré avec de la terre locale tamisée et nettoyée. Par la suite un léger sablage a donné du relief aux grains plus gros du sable et à quelque pierre. Les ouvertures externes ont gardé leurs proportions d’origine. Pour les linteaux des ouvertures intérieures ainsi que pour d’autres éléments en bois, nous avons utilisé du bois récupéré sur place ou venant de l’entrepôt de La Valle dell’Eco. Les volets, les fenêtres, et les portes extérieurs neufs ont été fabriqué en chêne lamellaire brossé par Alberto Ivo, artisan de l’Association ReBastir. Des portes en pin et mélèze récupérées dans l’ancienne fabrique de tissu de Paesana ont été placées à l’intérieur et des portes anciennes récupérées et restaurées ont pris place comme portes d’entrée.
Les sols des pièces sont en bois ciré en triple couche, le sol de la cuisine en « cotto » (carrelage en terre cuite) du XVIII siècle récupéré sur un chantier et posé à la chaux. À l’intérieur on trouve plusieurs types d’enduit, du plus rustique, fait avec en mortier à l’ancienne de chaux naturelle et sable grossier au plus fin « a marmorino » (travail exécuté par le peintre décorateur Gualtiero Crespo).

À REMARQUER
– Les nombreux détails venant d’un long travail de récupération : les magnifiques serrures et les compléments en fer ancien protégés par une huile naturelle (souvent dessinées et réalisés par Enrico lui-même), les meubles et les décors savamment disposés et réinventés pour des usages inattendus (une ancienne porte de confessionnal de la cathédrale de Saluzzo est devenue tête de lit), les escaliers extérieurs, les balcons construits d’après d’anciens modèles en bois de récupération, rambardes en mélèze bio, sablé, brossé et huilé.
– Le chauffage central au sol dont le fonctionnement est assuré par une chaudière à bois, une thermo-cousinière à bois et des panneaux solaires posé sur le toit en lauses de la chaufferie (qui sont utilisés aussi pour la production de l’eau chaude)
– Les sorties de cheminée en pierre locale construites d’après des modèles anciens
– Les seuils et les marches à l’intérieur récupérés de lauses ébréchées non utilisables pour le toit, teillés sur mesure, bouchardés à la main et posés à la chaux.